Mypollux

Contraires tracks

Lyrics

1. EGO

J'ai peur de toi
j'veux pas grandir... (x3)




2. CHRYSALIDE

Mon cœur s'éparpille dans tes pensées
Mes yeux s'écarquillent, je me suis posée
Mes cheveux s'entortillent autour de tes pieds
Ma peau scintille à ta proximité

Toutes tes pupilles ont une saveur pailleté
Toutes mes papilles semblent vouloir papilloner

Je sais c'est un peu tôt (tu vois je suis marteau)
N'ai pas peur je serais discrète
J'ai pour habitude d'être imparfaite (j'ai pour habitude d'être imparfaite)

Je ne change pas vraiment
Je ne change pas vraiment

Ma chrysalide devient encore papillon
Tu vois je ne maîtrise pas mes émotions
Il est temps pour moi de changer de front
Avant qu'il ne soit question de trahison

Toutes ses pupilles ont une saveur pailletée
Toutes mes papilles ont une fois de plus papilloner

Je ne change pas vraiment
J'en change trop souvent

Je sais c'est un peu tôt (tu vois je suis marteau)
N'ai pas peur je serai discrète
J'ai pour habitude d'être imparfaite (j'ai pour habitude d'être parfaite)

Change de corps, l'attente me dévore, j'ai réduit mon temps pourtant )x3
Je ne change pas vraiment…

Oh… Je ne change pas vraiment
J'en change trop souvent )x2




3. QUI DORT DINE

Je suis esclave
Je suis maîtresse
De mon image
Je n'ai de cesse
De parfaire le sillage
Du temps qui se manifeste

Je me soumets
Je me déteste
Je me contrainds
Je m'irrespecte
Comme un fil qui s'évapore
Et s'amincit tel un spectre

Qui dort dîne …
La nuit aura raison de toi
Qui dort dîne …
La nuit aura raison de moi

Ma condition
Mon unique solution
Décharnée
Désinhibée
Le squelette exhibé
En parure complexée

Je suis l'esclave
Je suis coupable
De mon corps qui se plie
Aux violences condamnables
Des idéaux calibrés
Créateurs intouchables …

Qui dort dîne …
La nuit aura raison de toi
Qui dort dîne …
La nuit aura raison de moi

Qui dort dîne …
La nuit aura raison de toi
Qui dort dîne …
La nuit aura raison de moi




4. JEU

De toi, je me dissocie…
M'écarter de ton inertie…

Un pas dans les couleurs de tes fards
Cloue mes pensées dans ton sillage
Au milieu de ton espace, je m'égare

Autour d'un être dont je suis l'otage
J'efface les traces de ton curare
Mais les miroirs vomissent ton image

Mais les miroirs vomissent ton image…

De toi, je me dissocie
Pour ne penser qu'à moi
M'écarter de ton inertie
Et ne penser qu'à toi

Alors je m'arrache à tout espoir
Je rature ta bouche, tes yeux
Mon cœur crache un acide noir

A la lueur d'un mur entre nous deux
Je ne veux plus continuer de croire
Que je sortirai indemne de ce jeu

Que je sortirai indemne de ce jeu…

De toi, je me dissocie
Pour ne penser qu'à moi
M'écarter de ton inertie
Et ne penser qu'à toi




5. UBIQUITES

Je suis insuportable
Je ne suis pas fréquentable
Comme je t'utilise
De manière imprecise

Je franchis les mauvaises frontières
Tes yeux s'innondent de mon Ether
Tu me vois pas,
tu le sens meme pas
Comme je te bouffe et te ronge les doigts

Meurt tout à l'heure
Meurt tout à l'heure
Je replonge, je me ronge
Comme je respire
Je replonge, je me ronge
Comme je soupire

Alors, où vais-je m'enfuir
Et qui vais-je encore trahir
Là ou tout est pareil
Là même couleur au reveil

Les mêmes chiens dans la rue
Les mêmes silences trop entendus
J'ai peur d'être seule, si tu savais
Comme si l'ombre en moi s'ouvrait

Meurt tout à l'heure
Meurt tout à l'heure
Je replonge, je me ronge
Comme je respire
Je replonge, je me ronge
Comme je soupire

Je soupire
J'imprime le don d'ubiquité
Je transpire
J'ai repris mon don d'ubiquité
Tu m'inspire
J'ai repris mon don d'ubiquité
il m'inspire
J'ai repris mon don d'ubiquité




6. PARAFFINE

C'est comme de la paraffine
Ca se tort, ça dégouline
Sur le sol, elle s'agglutine
Cette impuissante résine

Cela inonde et empeste
Devient noir et indigeste
Intolérable, idiot, infecte
Une flaque, c'est tout ce qu'il reste.

Pourquoi est-ce que je fond devant toi ?
Je suis liquide et tu ne me vois pas...
Dans cette histoire, on ne peut pas être trois…

Non, non, non...

Mes pommettes rouges me trahissent
Et mes yeux noirs te haïssent
Je m'amollis, me couvre d'artifices
Je me liquéfie en mettant tes indices

Je dois pourtant brouiller les pistes
Quand je démasque mes illusions
Résister, lutter, chasser le maléfice
Pour m'amoindrir l'inéluctable déception.

Pourquoi est-ce que je fond devant toi ?
Je suis liquide et tu ne me vois pas...
Dans cette histoire, on ne peut pas être trois…

Non, non, non...

Dis moi pourquoi
Dis moi pourquoi je m'inflige ce poid
Dis moi pourquoi

Pourquoi est-ce que je fond devant toi ?
Je suis liquide et tu ne me vois pas...
Dans cette histoire, on ne peut pas être trois…

Non, non, non...




8. COFFRE A SOUHAIT

Si tu m'avouais
Que je suis juste un jouet
Cela m'amuserais !
tu finirais par me ranger
on me collectionnerait
aux règles du jeu je dérangerais !
tu pourrais même me transformer
en princesse délavée d'un sordide conte de fée !
Referme et détruis
le placard où se tapissent nos ombres !
Oublie celui qui sous le lit
Nous guette dans la pénombre !
Sous ma peau qui se cabosse
je ressens des choses atroces !
mes cheveux de nylon s'emmelent !
autour de mon coeur
mes veines craquellent !
je voulais juste trouver une issue !
j'ai parfois des souhaits saugrenus !
Dans mon coffre je t'ai attendu avec une robe, des étoiles
et des ciseaux pointus !
referme et détruis le placard où se tapissent nos ombres!
Oublie celui qui sous le lit Vous guette dans la pénombre !
Donne moi, donne moi, donne moi, donne moi une heure pour détruire ton coeur ! Donne moi une heure pour user tes heures
referme et détruis le placard où se tapissent nos ombres!
Oublie celui qui sous le lit nous guette dans la pénombre !referme et détruis le placard où se tapissent nos ombres!
Oublie celui qui sous le lit nous guette dans la pénombre !referme et détruis le placard où se tapissent nos ombres!
Oublie celui qui sous le lit nous guette dans la pénombre !




9. LETTRE A MA BULLE

Autour de moi faire un grand vide,
Comme dans une bulle de savon.
Voilà que tu te fais liquide,
Et te défile sans me dire non

Quand tu brode soigneusement tes mots,
Je te survis à mon épiderme.
Mais je suis pourtant de trop,
Entre les murs ou tu t'enferme.

Dis toi que je ne veux rien,
Et que je n'attend rien.
Dis toi que je ne veux rien te dire,
Qu'il n'y a pas de but et que je pourais t'être bien pire.

Tu m'entoures de ton poison,
Sur moi coule dans mes veines.
Je m'accorde à ton diapason,
Tu vois où tout ca nous mène.

Il y a une sordide croix à tracer,
Et puis on recomence.
Laisser les choses de côté,
Et revenir dans l'urgence.

Dis toi que je ne veux rien,
Et que je n'attend rien.
Dis toi que je ne veux rien te dire,
Qu'il n'y a pas de but et que je pourais t'être bien pire.

Un coffret avec des secret,
J'y mettrais parfois si j'y pense
Quelque étoiles sans conscience
Pour que tu ne meurs jamais [x2]

Pour que tu ne meurs jamais.




10. CONTRE-EGO

(No lyrics available)




11. PAR DEFAUT




Assise derriere la lumiere
Mal coiffé mal nourri

Je m'assoie devant toi
Je ferme les yeux
Pour mieux te voir
Je me perd pour mieux te voir

Je ne t'attend plus

Je me dessous de mon amour propre
Dans ton acide concentrique
C'est ça c'est ça x4

Je ne suis ton évidence intermitanse
Et tu m'aimes x4

Je ne t'attends plus




12. L'OR ET LE COTON

Il suffirait de briser mon silence
D'attendre que mon eau s'écoule
Que j'admette enfin quand j'y repense
Que tout en moi se serre dans une boule

Sous l'or et le coton, mes larmes se recroquevillent
Pas un bruit, pas une craquelure sur l'enveloppe

Il suffirait que la maudite petite fille
Laisse son père partir en quelque sorte

J'ai manqué à jamais d'être là
Qui est celui qui porte ce crime ?
Soit forte et oublie ça
L'espace qui me sépare du clash est infime

Il suffirait simplement d'user l'écorce
De laisser gronder le séisme qui me tord
Mais mon corps lasse retombe et se désamorce
Dans une bousculade dont personne ne se sauve

Sous une peau bien propre et poudrée
Mon cœur gonfle et s'emperlifie
Quand il saigne dans son carton lacéré
Eclatera, éclatera pas

Je cherche l'antidote (x2)

J'ai manqué à jamais d'être là
Qui est celui qui porte ce crime ?
Soit forte et oublie ça
Une éternité mes yeux fermés
Qui m'enveniment

J'ai manqué à jamais d'être là
Qui est…

J'ai manqué à jamais d'être là
Qui est celui qui porte ce crime ?
Soit forte et oublie ça
Mes yeux fermés une éternité

Je cherche l'antidote (x4)




13. NOTRE NOUVEAU MONDE

Espérant le vide je suppose amorphe
Le vacarme réside c'est à lui que je m'offre
Rien ne m'est plus intolérable
que la raisonnance de mes pas sur leur sol
Toute cette immensité stable..
et les chiens sans paroles (x3)

Vends ta peau
Peau de fer
Faire valoir
Valoir jamais

Les connaissances
Sans interdit
Dit moi oui
Ou il t'en coûtera

Regarde comme il m'absorbe
Mon corps devient si lourd
Tout ressemble à tout (x2)

Donne moi ton corps
Couvre ton âme
A moi l'argent
Gens nocifes
S'ils fond enfin
Fin obscure
Cure d'intox
Toxicité

Regarde comme il m'absorbe
Mon corps devient si lourd
Tout ressemble à tout (x2)




14. MON LIT A BALDAQUIN

Une pincée de rouge et un peu de noir
C'est la formule de l'anti brouillard
La potion anti-cafard
Ca ronge tout ce qui nous sépare
Tout ce qui nous sépare …

Une étoile qui pétille
Une petite flamme qui vacille
J'ai le philtre qui guérit de la distance entre nos vies
Entre nos vies …

Une étincelle, un éclat de folie
Un délice qui ne se savoure pas endormie…
Une étincelle, un éclat de folie
Un délice qui ne se savoure pas endormie…

Deux trois gouttes de pluie qui tombent dans mon lit
Tant pis, j'ai le système qui évanouit
Tous les gouffres et tous les cris
Et toutes ces heures si démunies
Ces heures si désunies …

Une étincelle, un éclat de folie
Un délice qui ne se savoure pas endormie…
Une étincelle, un éclat de folie
Un délice qui ne se savoure pas endormie…

Dans nos chairs, le feu, le mystère
Dans nos têtes faut que tout s'arrete
Et tu vois, nous voilà réunis
Peu d'espace, une once d'audace
Et déjà, la magie nous dépasse
Et tu vois, nous voilà réunis...

Une étincelle, un éclat de folie
Un délice qui ne se savoure pas endormie…
Une étincelle, un délice indecis …