Babylon Pression

Allez Tous Vous Faire Foutre tracks

Lyrics


1. INTRO.

(Instrumental)




2. VOILA PLUS D'30ANS.

Ah ça ira, les aristos on les pendra
Ah ça ira, les aristos on les pendra

Voila plus de trente ans, qu’ils nous promettent
Qu’on va nous trouver des emplois
Voila plus de trente ans, qu’on voit les mêmes têtes
Se pavaner comme des rois

Voila plus de trente ans, qu’ils nous rackettent
Et qu’ils échappent à la loi
Voila plus de trente ans, qu’on a les miettes
Le RSA ne suffit pas

Ah ça ira, les aristos on les pendra
Ah ça ira, les aristos on les pendra

Voila plus de trente ans, qu’on sauve les banques
Alors qu’elles laissent creuver les gens
Voila plus de trente ans, que meurent nos soldats
Pour Total Bouygues ou Areva

Il faut virer ces incapables
Le peuple uni est imbattable
Et si ça marche plus par le vote
On ira frapper à vos portes

Il faut plus compter sur les nôtres
On va s’offrir maintenant casser les vôtres

On va casser maintenant les vôtres, les vôtres
Il faut plus compter sur les nôtres
On va casser maintenant les vôtres, les vôtres

Ah ça ira, les aristos on les pendra
Ah ça ira, les aristos on les pendra

Car c’est nous, Car c’est nous, Car c’est nous, c’est nous
Car c’est nous qui faisons la loi,
Car c’est nous qui faisons la loi,
Car c’est nous qui faisons, qui faisons la loi,
C’est nous qui faisons la loi.
Car c’est nous qui faisons la loi,
Car c’est nous qui faisons, qui faisons la loi.




3. DES TASERS ET DES PAUVRES.

Plus de tasers pour les chômeurs
Plus de matraques pour les jeunes
Plus de tasers pour les chômeurs
Plus de matraques pour les jeunes

Tasers, menottes, matraques et lacrymos,
En France, on sait parler aux ados,
Quand ça tire au flashball dans la manifestation
Un enfant perd sont œil, un flic part en mutation

Fouille à nu, menottage ou injures,
La justice ou l’Etat savent étouffer les bavures
Trop de zèle, trop de permis de tuer,
Trop de flingues, de brassards, de cartes de policier

Plus de tasers pour les chômeurs
Plus de matraques pour les jeunes
Plus de tasers pour les chômeurs
Plus de matraques pour les jeunes

Regarde en bas, il y a qu’ des pauvres et des crédits,
Des mères qui crèvent dans des taudis,
On te dit qu’on va les renvoyer dans leur pays à leur sort
La France expulse des clandestins morts

On ferme sa gueule et on laisse faire,
Des bavures de flics sur la jeunesse ouvrière
A coup de lacrymos, à coup de tasers
On règle le problème des ados sur les scooters

En France, on ferme sa gueule et on laisse faire
En France, y a pas de Navarro, y pas d’experts
En France, on ferme sa gueule et on laisse faire
Des bavures de flics sur la jeunesse ouvrière

En France, au pays des Droits de l’Homme
On autorise la police à tirer sur nos mômes
En France, au pays des Droits de l’Homme
On autorise la police à tirer sur nos mômes

Policiers trop jeunes, sous payés,
Qu’on lâche en première ligne, sous les pavés
Tu m’étonnes, qu’on ait des maniaques de la menotte
En France, on tire au flashball sur Don Quichotte

On a les émeutes qu’on mérite,
Les richesses privées sont protégées par l’ordre public,
La patrie, n’arrive plus à comprendre ses fils,
Pour les calmer on leur envoie alors la police,

Plus de bavures, plus d’injustices, plus de tasers, plus de pauvres
Impunité de la police, justice complice.




4. J'EN AI MARRE.

J’en ai marre, de porter des caisses
Aller au bar et m’ bourrer la gueule
Jouer au poker et perdre tout mon fric
Mater les filles, les photos sur meetic

J’en ai marre de fumer des clopes
Donner ma vie à toutes ces salopes
Boire du whisky et me tromper de cul
Finir énorme à me branler sur youporn

J’en ai marre
J’en ai marre
Fermer ma gueule, lécher des culs en souriant
Bonjour madame !

J’en ai marre
J’en ai marre
Et c’est toujours celles que je veux
Qui ne veulent pas de moi,
Les ptites bourgeoises hein !

J’en ai marre qu’on me prenne pour un con
J’en ai marre qu’on me prenne pour une merde !




5. ALLEZ TOUS VOUS FAIRE FOUTRE.

Je ne suis qu’un dépravé, une ordure,
Un mec qui n’assume rien, une raclure
Un mec qui ne veut pas, veut pas, veut pas,
Veut pas, veut pas, veut pas, veut pas, veut pas
Je promets tout, sans tenir mes promesses
Je balance un pavé dans ta Mercédès
Je suis pas normal, je suis asocial,
Un mec avec un flingue dans le tribunal

Je suis un marginal,
Qui au final finira mal,
A ça c’est sûr plus de doutes
J’en ai plus rien à foutre

Plus rien à foutre, Plus rien à foutre
Plus rien à foutre, Plus rien à foutre
Plus rien à foutre, Plus rien à foutre
ance pour l’avenir
Papa va mourir
Naître libre et finir intérimaire
Le précaire, le travail ou la guerre
On y croit dur comme fer
Avec un carton pour l’hiver
On y croit dur comme fer
Avec un carton pour l’hiver
On y croit dur comme fer
Avec un carton pour l’hiver
On y croit dur comme fer
Avec un carton pour l’hiver

Je ne suis qu’un dépravé, une ordure,
Un mec qui n’assume rien, une raclure
Un mec qui ne veut pas, veut pas, veut pas,
Veut pas, veut pas, veut pas, veut pas, veut pas

Je suis un marginal,
Je suis libre et je vous emmerde,
A ça c’est sûr plus de doutes,
Allez tous vous faire foutre,
Vous faire foutre, vous faire foutre, vous faire foutre, vous faire foutre

Allez tous, vous faire foutre,
Allez tous, vous faire foutre

Je suis un marginal,
Je suis libre et je vous emmerde,
A ça c’est sûr plus de doutes,
Allez tous vous faire foutre.




6. A FORCE D'Y CROIRE ON MEURT DECU.

L’alcool me rend fou
Et la drogue me casse la tête
Suivre la pente, glisser sans bruit
Aucune statue à mon effigie
Je ne crois plus en rien
Et l’ennui, est mon martyre
Les gens s’agitent autour de moi
Vais-je devoir tomber aussi bas

Vais-je tomber aussi bas
Cette musique est détestable
Une fille danse sur la table
Pour un verre, une vie stable
Se trémousse devant les minables
Tout est permis, rien n’est faisable
Pour un verre, une vie stable
Tout est permis, rien n’est faisable
Se trémousse, devant les minables

Vais-je tomber aussi bas,
Suis-je comme eux,
Vais-je tomber aussi bas,
Pathétique et vieux

On promet d’être prudent
Avec trois grammes dans le sang
On croit encore que ça va marcher
Avec du papier autour des pieds
On croit toujours en sa chance
Un coup d’ couteau dans la panse
On croit toujours en sa foi
Et on finit plein de haine
On croit toujours que c’est la bonne
Et au final c’est une salope
On croit toujours que c’est un pote
Ce n’est qu’un mercenaire
On croit toujours faire le bien
Avec une arme dans la main

A force d’y croire, à force d’y croire, à force d’y croire
On meurt déçu

Vais-je tomber aussi bas,
Vais-je tomber aussi bas,
Vais-je devoir, tomber aussi bas
Vais-je devoir, tomber aussi bas

A force d’y croire, on meurt toujours déçu
Demain n’ira pas mieux, on sera juste vieux
A force d’y croire, on meurt toujours déçu
Demain n’ira pas mieux, on sera juste vieux.




7. LA CRISE.

(Instrumental)




8. CHAMPAGNE.

Oh yes, bingo, gros lot, jack pot
A moi les putes, le champagne, à moi la coke
A moi le luxe, l’opulence, le nucléaire,
Mes p’tits soldats, que j’envoie à la guerre
A moi, à moi, à moi
Les gros cigares, à moi, les gros diamants, à moi, tout est à moi, à moi
Ma grosse baignoire, à moi, dans mon avion, à moi, de milliardaire.

Demmerde-toi, je te salue d’un doigt
Je m’en fous de toi, je m’en fous des lois
Avec une pute sur mon yacht, démerde-toi
Au Fouquet’s avec mes potes
Je vous baise, à l’aise

La crise mondiale, champagne !
L’écologie, champagne !
L’argent des nazis, champagne !
Plus de points sur ton permis

Et toi le con qui écoutes ça, démerde-toi
Si t’es un homme vas-y descends de là
Je pense à toi et je m’en cogne, démerde-toi
Au Fouquet’s avec mes potes.

Champagne !!!!!!

Logements de fonction, champagne,
Conflits d’intérêt, champagne,
Emplois fictifs, champagne
bourrage des urnes
Champagne !!!




9. LES BANQUIERS VONT SAUVER TA VIE.

Monsieur trou du cul t’es encore plus moche que moi
Deux ans déjà que personne ne veut de toi
Maintenant tu travailles à la banque
Monsieur à trente ans, et le sexe te manque
Ponctionne mon compte à découvert
En me disant « je peux rien faire »
Me voir crever, ça de te fait rire
Tu te demandes à quelle heure tu vas finir

Et bien dans le cul, dans le cul ton découvert
Carre-toi dans le fion, tes commissions d’intervention
Remplis tes p’tits papiers, taille tes p’tits crayons
Refuse deux ou trois crédits d’un coup de tampon
Remplis tes p’tits papiers, taille tes p’tits crayons
Refuse deux ou trois crédits d’un coup de tampon
Remplis tes p’tits papiers, taille tes p’tits crayons
Refuse deux ou trois crédits d’un coup de tampon

Mon banquier se croit au dessus des lois
Espèce de sac à merde, t’as jamais été sympa
Le sourire chez toi n’est réservé qu’aux bourgeois
Et les gens comme moi, ça t’agace

Les banquiers vont sauver ta vie
Les banquiers vont sauver ta vie
Et si t’as pas d’argent, ils t’la sauveront à crédit
Remplis tes p’tits papiers, taille tes p’tits crayons
Refuse deux ou trois crédits d’un coup de tampon
Remplis tes p’tits papiers, taille tes p’tits crayons
Refuse deux ou trois crédits d’un coup de tampon
Remplis tes p’tits papiers, taille tes p’tits crayons
Refuse deux ou trois crédits d’un coup de tampon

A vous les petites bourses quand l’économie bascule
Avec tous les collègues, et ça fume, et ça fume
Après la pause-pipi, ça va racketter ma thune
Avec le Directeur ça rigole, ça m’encule

Mon banquier se croit au dessus des lois
Mon banquier se croit au dessus des lois.




10. AMOUR AMOUR FOUTAISE FOUTAISE.

Ils nous tuent pour le feu,
Nous tuent pour un dieu,
Ils nous tuent
Pour se remplir les poches
Ils nous tuent pour le jeu,
Nous tuent pour l’exemple,
Ils nous tuent
Pour se détendre

Ils sont bien trop nombreux, mon dieu
Ils m’encerclent, me traquent, me blessent au ventre
L’ennemi est derrière, mon dieu
M’arrache le flanc pour en extirper l’argent

Et je tombe, je tombe je cède
Affaibli par le poids des crédits
Mange, mange, crève-toi les yeux
Et avance, avance, avance, avance
Nulle part, tue, tue

Et on t’oubliera
Comme tu as oublié les autres
Il ne restera,
Qu’une peau morte
Et on t’oubliera, on t’oubliera
Comme tu as oublié les autres
Il ne restera, il ne restera
Qu’une peau morte, portée en trophée par-dessus d’autres.

Plus rien ne compte, à part moi
Plus rien ne compte…

L’amour, foutaises, foutaises,
Ça n’existe pas
Plus rien ne compte à part moi

Plus rien ne compte à part moi,
Plus rien ne compte à part moi et moi et moi.