Trust (FRA)

Europe et Haines tracks

Lyrics

1. ON LECHE, ON LACHE, ON LYNCHE

Celui là est sorti d'une école
Frais et dispos
De la chair qui décide
Une famille aisée
Qui se dit à l'aise
Dans un monde où manger
Dissipe toujours les malaises
Un mental de gagneur
Accrédité serial killer
Car ce qu'il aime c'est la masse
Pouvoir posséder
Décider du bien du mal
Carnassier tendance morale
On lèche, on lâche, on lynche
On lèche, on lâche, on lynche
On lèche, on lâche, on lynche
On lynche

Celui-ci est sorti d'une école
Cherche un boulot
De la chair à pâtir
Promesses osées, mensonges haïr
Dans un monde ou plié
Fait toujours manquer d'aise
Un mental de perdant
Accrédité serial chômeur
Il ne supporte plus la crasse
Pas s'y vautrer
Des fois il aimerait réagir
Pour réagir il faut crier

On lèche, on lâche, on lynche
On lèche, on lâche, on lynche




2. TOUT CE QUI EST BON EST MAL

J'ai un penchant pour la luxure
J'ai un penchant c'est sûr
Bas du ventre, haut des cuisses
La solidarité existe
On aime ma compagnie
Et mon intelligence
Je roule Ferrari
Je ne paie jamais l'essence
A partir d'un certain prix
Tout le monde écoute

Tout ce qui est bon est mal
Tout ce qui est bon est mal
Tout ce qui est bon est mal

J'ai un penchant pour la culture
J'ai un penchant c'est sûr
Je donne, je prends
Parfois je me vends
Dans mes veines coule du sang

Tout ce qui est bon est mal
Tout ce qui est bon est mal
Tout ce qui est bon est mal
(x3)

J'ai un penchant pour la lecture
J'ai un penchant c'est sûr
J'ai un penchant
Je veux faire plus vrai que nature

Tout ce qui est bon est mal
Tout ce qui est bon est mal
Tout ce qui est bon est mal




3. J'AI VU DIEU

Je leur ai donné la foi
Ils ont voulu le pouvoir
Je leur ai donné l'intelligence
Ils m'ont rendu la souffrance
Je leur ai donné le savoir
Ils en ont fait un mouroir
Je leur ai enseigné l'humilité
Ils préfèrent la vanité
J'ai vu Dieu parler à Pierre
J'ai vu Dieu parler à Paul

Je m'étais dit ils sont parfaits
Pour cette raison je leur ai donné des mains
Je m'étais dit ils sont humains
Ils seront différents des chiens
Je m'étais dit ils vont grandir
Tous ensemble ils vont grandir
Je m'étais dit peu importe leur couleur
Aucune raison d'avoir peur

J'ai vu Dieu parler à Pierre
J'ai vu Dieu parler à Paul
J'ai vu Dieu J'ai vu Dieu Dieu Dieu

Je les ai voulu égaux
Ils sont lâches sans idéaux
Je les ait voulu fiers
Combien d'entre eux se traînent à terre
Je les ait voulu sages
Ce sont des animaux en cage
Je pensais leur avoir tout dit
Je pensais qu'ils avaient compris

J'ai vu Dieu parler à Pierre
J'ai vu Dieu parler à Paul
J'ai vu Dieu parler à Jésus
J'ai vu Dieu sombrer et déçu
J'ai vu Dieu J'ai vu Dieu Dieu




4. AILLEURS

Y'a plus de place dans les palaces
Où vont les gens y'a plus d'argent
Ils vont ailleurs pour être biens
Oui mais ailleurs c'est tellement loin
Qu'à force d'essayer d'y aller
On meurt avant, faute de soin
La vie est chienne d'espérance
Mord les hommes, marie les chiens
On deale la mort au nom de l'amour
On est honnête on crée des cours
On fait l'amour, on donne la mort

Nous sommes lâches, nous sommes courts
Pour chaque vie que t'as pu prendre
Attends toi à être vendu
Pour voler tu as du apprendre
Attends toi à être pendu

Les mots s'enchaînent, les hommes se traînent
Couverts de crasse traînes pitié
Y'a la relève à la dérive
Cortège de peaux déjà ridées




5. ELLE DISAIT

Chaque image cache un soleil
Chaque jour a son chien
Elle disait ne dit rien
Si tu n'as pas de douceur à dire
Car le plus dur reste à venir
Et te dire ce n'est rien
N'essayez jamais de fuir
Faites un travail décent
Le courage grandit en osant
La peur en hésitant
Le soleil ne brille pas
Sur le cul assis du chien
Marchez le front droit
Le soleil vous fera du bien
Car le plus dur reste à venir
Mais le dire, ce n'est rien
Ce n'est rien, ce n'est rien
Ce n'est rien, ce n'est rien
Ce n'est rien, ce n'est rien

Car le plus dur reste à venir
Mais le dire ce n'est rien, ce n'est rien

Car le plus dur reste à venir
Mais le dire ce n'est rien

Ouh, le meilleur n'est jamais assez
Le meilleur n'est jamais assez
Jamais assez




6. LUTTER SANS CESSE

Lutter sans cesse
Contre l'envie des hommes
De n'être rien du tout
De n'être rien du tout
Rien du tout...
La nuit viens juste de tomber
Sur la partie basse de la ville
Le ghetto trouve sa raison d'exister
La nuit est un excellent mobile
Toujours
Lutter sans cesse
Contre l'envie des hommes
De n'être rien du tout

La nuit viens juste de tomber
Sur la partie haute de la ville
Les lumières restent toujours allumées
La peur est un excellent mobile
Toujours
Lutter sans cesse
Contre l'envie des hommes
De n'être rien du tout
Rien du tout
Oh non, rien du tout

A une seule condition
Qu'elle soit malsaine
Ma seule condition
Est-elle digne d'être humaine
Lutter Lutter sans cesse
Lutter Lutter sans cesse
Lutter sans cesse
Contre l'envie des hommes
De n'être rien du tout...




7. FAIS OU L'ON TE DIT DE FAIRE

Grands hommes privés
De vos attitudes
Privés de pouvoir
Sans nécessité
Y'a plus de temps à perdre
Pas une seconde
Le rêve est mort
Paraîtrait qu'il en reste encore
Il faut pour survivre
Mendier brûler les livres
Quand on t'enseigne la peur
La défaite sans honneur
Fais
Où l'on te dit de faire
Fais Fais Fais Fais Fais
Où l'on te dit de faire

De l'adolescence à la vieillesse
Egalité des chances
La peur la mort pour la tolérance
Y'a toujours deux vitesses
Regardes et surtout apprends
Regardes et souviens t'en

Fais
Où l'on te dit de faire
Fais Fais Fais Fais Fais
Où l'on te dit de faire




8. TOUS CES VISAGES

Les méandres du pouvoir
Recommandent la lâcheté
Face aux questions posées
Aux réponses différées
Le mal de vivre ne rime à rien
Quelques regrets des meutes de chiens
De toutes les choses qui rendent amère
Le pire ennemi reste la misère
On prie des Dieux de chair
Qui prêchent la paix et pensent la guerre
Aucun son, aucun râle
En silence, avoir mal
Il ne reste plus que des mots
Pour des hommes sans parole
Une poignée de héros
Anonymes qui s'immolent
La main tendue à même la crasse
Millions de gueules qu'on entasse
Adeptes de la soumission
Enfants de la révolution
Peuples couchés, bouches qu'on fait taire
Ce qu'on t'a forcé à croire
Le pays, le bon Dieu, le devoir

Y'a des visages qu'on n'oublie pas
Y'a des regards qu'on ne croise pas
Tous ces visages qu'on n'oublie pas
Tous ces regards qu'on ne croise pas
Le pays, le bon Dieu, le devoir
Tous ces visages qu'on n'oublie pas
Tous ces regards qu'on ne croise pas
Tous ces visages qu'on n'oublie pas
Tous ces regards qu'on ne croise pas




9. CA VIENT, CA MEURT

A partir d'un certain chiffre
Tout le monde écoute
Tout s'achète, tout se vend
Les idées et les gens
Tout s'achète, tout se vend
Le vent, la dignité
Tout s'achète, tout se vend
Vas-y y'a qu'à se baisser
Je suis perdu c'est la famine
C'est pas très clair quand tu t'exprimes
Tout en douceur les illusions
Tout en douceur ça vient, ça meurt
Tout en douceur ça vient, ça meurt

A partir d'un certain chiffre
Tout le monde écoute
Tout ce qu'on t'a forcé à croire
Le pays, le bon Dieu
Tout ce qu'on t'a forcé à croire
Le pays,
Le bon Dieu,
Le devoir

Je suis perdu c'est la famine
C'est pas très clair quand tu t'exprimes
Tout en douceur les illusions
Ca vient ça meurt, tout en douceur
Tout en douceur ça vient, ça meurt
Tout en douceur ça vient, ça meurt
Ca vient, ça meurt

Je suis perdu c'est la famine
C'est pas très clair quand tu t'exprimes
Tout en douceur les illusions
Tout en douceur ça vient, ça meurt
Tout en douceur ça vient, ça meurt
Ca vient, ça meurt
Ca vient, ça meurt
Ca vient, ça meurt




10. REAC-PRENDRE A VIVRE

Nous sommes seuls
Alors on triche
On a peur
Alors on triche
Tu obéis
Alors tu triche
D'autres prient
Alors ils trichent
Y'a plus de travail
Y'a plus de famille
Y'a plus de patrie
Y'a plus de drapeau

Réac-prendre à vivre
Réac-prendre à vivre

Y'a plus d'espoir
Y'a trop de cons
Y'a plus d'envie
Y'a trop de cons
Y'a plus de regard
Y'a trop de cons
Y'a plus de limite
Y'a trop de cons
Y'a trop de travail
Y'a trop de familles
Y'a trop de patries
Y'a trop de drapeaux

Réac-prendre à vivre
Réac-prendre à vivre
Réac Réac

Y'a plus de travail
Y'a plus de famille
Y'a trop de patrie
Y'a trop de drapeaux

Réac-prendre à vivre
Réac-prendre à vivre




11. TOUT CELA ETAIT IL PREVU ?

La vie a le prix que tu lui donnes
Tu te dois de lui dire merci
Elle te ronge et t'étonne
Tu paies pour voir c'est ainsi
C'est le mal et la misère
Pour très peu l'embellie
C'est du soleil, c'est chaud comme l'enfer
Amer comme le mépris
Personne ici ne l'a voulu
Mais dis moi
Tout cela était-il prévu ?
Y'a plus de lumière
Y'a plus de passion
Juste quelques danseurs
De la rancoeur et des cons

C'est un peuple couché fini
Une promesse une aversion
La liberté, un sursis
L'attente d'une révolution
Personne ici ne l'a voulu
Mais dis moi
Tout cela était-il prévu ?

Personne, personne
Ici ne l'a voulu
Mais dis moi
Tout cela était-il prévu ?




12. LE TEMPS EFFACE TOUT

Avec le temps tout s'efface
La vie défile c'est efficace
On envisage on dévisage
Les libertés se décarcassent
Avec le temps tout s'efface
Les erreurs et les fautes de goût
Les menteurs, les matteurs jusqu'au bout
Les salauds les héros et les races

La mémoire collective
Les bourreaux y survivent
Nouvel ordre mondial
La nouvelle dérive

Le temps efface tout
C'est dégueulasse
Le temps efface tout
C'est dégueulasse

Avec le temps tout s'efface
Les amis, les ennemis, les regards
Les humeurs, les honneurs, les cauchemars
Les idées et les mots, les cris, la mémoire

La mémoire collective
Les bourreaux y survivent
La misère pour compagne
La gangrène qui gagne

Le temps efface tout
C'est dégueulasse
Le temps efface tout
C'est dégueulasse
C'est dégueulasse

Dans les rues de la peur
On attend le Messie
Celui au regard de tueur
Le vengeur l'insoumis

Le temps efface tout
C'est dégueulasse
Le temps efface tout
C'est dégueulasse




13. GUERRE CIVILE

Lutter sans cesse
Contre l'envie des hommes
De n'être rien du tout
La misère ambiante
De ceux qui crèvent de faim
Cette fièvre brûlante
Te démange t-elle les mains
Toutes les raisons sont bonnes
Toutes les causes saines
De la confiance pour personne
Face au mur de la haine
Pas de quoi être fier
Quand on regarde ta vie
Tes valeurs, le travail, la famille, la patrie
Milliers de gorges gavées de promesses
Les damnés de la force tranquille se redressent
La guérilla urbaine la jeunesse armée
Face au mur de la haine sous le regard du Ché
Une guerre civile
Un combat urbain
Tactique utile
Pour les gosses de demain




14. EUROPE ET HAINE

Troupeau suant la peur et la haine
On lèche, on lâche, on lynche
C'est à 3 heures d'ici
3 heures de la Baltique
Une terre imprégnée
De haine qu'on exacerbe
Sans espérance de vie
L'épuration ethnique
Enchante de drôles de bêtes
Médiatiques milices serbes
Europe et Haine

L'arrogance des puissants
Leur lâcheté souveraine
Leur fuite diplomatique
Les mots toujours les mêmes
Les mains rouges du sang
Des musulmans qu'on saigne
Abreuve la dialectique
De l'Europe sereine

Europe et Haine

Qui peut s'accommoder
De cette pâle saloperie
Ce rêve qui a sombré
Dans le mensonge
La bureaucratie

Europe et Haine