Artesia

Llydaw tracks

Lyrics


1. IRREE SEOSE

(Instrumental)




2. LE HAUT-BOIS

Au delà des sombres collines venteuses,

Et des marais tourbeux de Brennilis
S'effilochent les brumes du mystère
Se dressent fiers les monuments de pierre,
Hérissés d'arbres noueux et hostiles

Ici se trouve la pointe occidentale

De la forêt sauvage de Brocéliande
Des blocs de pierre sculptés par l'érosion,
Où le granit s'habille de mousse grise
Telles les eaux qui noyèrent la Cité d'Ys

Sans fin écume le Ruisseau d'Argent,

Le Haut Bois est un palais minéral
Le vent murmure et pleure sous les chênes
Qu'un trésor fut caché en ces lieux
Le roi légendaire viendra le rechercher




3. Y LADI WEN

Les nuits de pleine lune, une forme livide,
Rôde en ces lieux maudits, en chantant tristement
Elle cause la terreur de tous les habitants,
Et leur fascination, car les cachots humides
De son sombre château, recèlent un trésor
Et quiconque s'en approche rencontrera la mort

A la tombée du jour, un homme téméraire
Passe le pont-levis et contemple l'enceinte,
Guidé par d'envoûtantes mélopées centenaires
Qui semblaient autrefois pareilles à une plainte
Une frêle silhouette surgit de la muraille,
Elle ne marche pas et glisse sur les dalles
Portant en diadème une couronne de corail,
Et tenant dans sa main un jeune rameau d'aulne,
Elle offre le trésor mais une fois seulement
Quand l'homme reviendra, elle ne sera plus là




4. LANDE SAUVAGE

(Instrumental)




5. TEMPUS EST IOCUNDUS

Tempus est iocundum, o virgines
Modo congautede vos iuvenes
O, o totus floreo ! Iam amore virginali totus ardeo
Novus, novus amor est qui pereo
Mea me confortat promissio
Mea me deportat negatio
Mea meam ludit virginitas
Mea me detrudit simplicitas
Sile philomena, pro tempore
Surge cantilena depectore




6. LE VOYAGEUR

Au terme de ce long voyage,
Me voici à destination
Je me tiens aux abords du temps
Recherchant les limites du monde.
J'ai dû traverser le néant
Et suivre la course du vent
Et aujourd'hui que tout est ombre
S'annonce enfin la vérité
Dans son regard froid et glacé
J'apprends que ma morne existence
N'était qu'un rêve qui s'effondrait
Je ne suis plus qu'un messager
Porteur de mots désespérés




7. SOUS LA PIERRE BRISÉE

(Instrumental)




8. VERS L'OUEST

J'ai parcouru pour le trouver
Le long et sinueux sentier
D'une mémoire abandonnée
Et retenue par le secret

Seul mon désir d'y accéder
A ouvert la porte cachée
D'un pays bâti de légendes
Où la brume parcourt la lande

La teinte ambrée de ses forets
Où vivent tant de créatures
L'onirisme de sa nature,
M'ont à tout jamais envoûté