ADX

Ultimatum tracks

Lyrics

1. ULTIMATUM

(Instrumental)




2. COMMANDO SUICIDE

Tous les cent ans, ils surgissent du néant
L'anniversaire des âmes égarées
Une seule mission, ultime dans le sang
Mais le repos peut être sans pitié

Après le souffle il ne reste que les armes
Plantées au sol comme les croix d'un cimetière
Happé par l'insolence du devoir
Hanté par les crimes de la gloire

Commando Suicide
Commando
Commando Suicide
Commando

Ces sentinelles, des lieux gavés de morts
Perdues au cœur d'un autre combat
A la recherche, de l'éclat qui s'évapore
Etre ici-bas dans les brumes qui tournoient

Après le souffle, il ne reste que les armes
Plantées au sol comme les croix d'un cimetière
Happé par l'insolence du devoir
Hanté par les crimes de la gloire

Commando Suicide
Commando
Commando Suicide
Commando

Disparaître pour un meilleur
Et renaître dans un ailleurs




3. PARACELSE

Praticien incompris,
Méprisé par les officiels
Charlatan pour les uns,
Dans un esprit rebelle

Chercheur solitaire,
Novateur et philosophe
Son intelligence est,
Jalousée par les médiocres

Mélange subtil,
Des sciences vers l'occulte
Souverain en connaissances,
Aux essences de tumultes

Mariage de la magie
Recueil de sérums choisis
Mariage de la magie
Pratiques, Mystiques

Bravant l'irrationnel,
L'influence de l'alchimie
Recette médicinale,
Frontière de la thérapeutique

Mariage de la magie
Recueil de sérums choisis
Mariage de la magie
Pratiques, Mystiques




4. RED CAP

Frontière écossaise, aux légendes sculptées
Dans les chemins perdus, pleure le vent endiablé
Voyageurs égarés, prostrés parmi les ruines
Retrouvés au matin, étendus sous la bruine

Croyances issues de dires éperdus
Redcap, Redcap
Croyances issues de faits soutenus
Redcap, Redcap

Dans ce folklore cynique, des êtres agressifs
Traînant leurs longs cheveux,
Sur des pierres humides
Créatures légendaires,
Malignes aux dents saillantes
Des griffes déchiquetant, le regard si perçant

Croyances issues de dires éperdus
Redcap, Redcap
Croyances issues de faits soutenus
Redcap, Redcap

In nomine, du devoir par l'épée
Genoux à terre, démons des pierres

Trempant leur vieux chapeau,
Dans le sang qui ruisselle
Redonne la vigueur, d'un acte irrationnel
Des passages de la Bible, exécutés de mots
Provoquent la fuite haineuse,
Hurlant et courbant le dos

Croyances issues de dires éperdus
Redcap, Redcap
Croyances issues de faits soutenus
Redcap, Redcap




5. LE BRAVE DES BRAVES

Subtil, orgueilleux, d'un fer trempé
Au caractère ombrageux
Chien de guerre et fine lame,
Un hussard couronné pour divers faits d'armes
Infatigable, dans l'arrogance
Toujours vif dans la vaillance

Cité, pour ses combats,
Grand aigle de l'épique héros de l'Etat
Marchant, prenant les villes
Au prix de son courage dans l'aube sanguine
La peur n'a jamais sa place,
Pour le lion rouge de l'audace

Frappé, frappé au cœur
Frappé dans la splendeur
Refusant la défaite
L'ombre noire se projette

Un drame, politique,
Vient se servir sur l'élan d'un verdict
Jugé, par ses pairs,
Abandonné dans un conflit délétère
Condamné pour une traîtrise
Que seule la vérité enlise
Prostré dans ce désastre,
Ecoeuré par l'ampleur de la chasse
Tirez et visez juste,
Telle est la dernière devise face au peloton
Un désaccord envers l'aiglon,
Une mise à mort, une suspicion

Frappé, frappé au cœur
Frappé dans la splendeur
Refusant la défaite
L'ombre noire se projette




6. 1572

Comme un théâtre glacé de tristesse
Bouleversé par ce jour le plus noir
Dans une France où la tension ne cesse
Les conspirations nourrissent l'abattoir

Noblesse, militaires, catholiques
Liant un complot sous la couronne
Le ver est dans le fruit, protestants, hérétiques
Eglise de Saint-Germain, les ordres résonnent

Nommés violeurs de dieu
Nommés violeurs de dieu

Des miliciens à croix blanche
Aveuglés par la chasse
Versés dans une tuerie,
Signant un massacre en masse

Inanimés dans la main royale
Inanimés d'un flot immoral

Cadavres dénudés,
Plongés dans une eau sombre
Même l'innocence des enfants,
Participe à la punition

Inanimés dans la main royale
Inanimés d'un flot immoral




7. LE DERNIER CARRE

Sans espoir de paix ou de duché
Ils sont l'élite et le choix de l'empereur
Une vieille garde au cœur démesuré
Qui meurt en campagne au nom des valeurs

La grogne est dans les rangs
Mais seul l'honneur est grand
La grogne est dans les rangs
Ils tombent mais ne se rendent

Il marche, il marche
Il marche sans jamais reculer
Il marche, il marche
Le dernier carré

L'uniforme porté comme un trophée
Fidèle sans faiblir, sans tressaillir
S'arrachant sur le chemin des blessés
Avancer, sans peur de souffrir

La grogne est dans les rangs
Mais seul l'honneur est grand
La grogne est dans les rangs
Ils tombent mais ne se rendent

Il marche, il marche
Il marche sans jamais reculer
Il marche, il marche
Le dernier carré

Chaque soir est un sorbet de sang
Qui coule, le long des baïonnettes
La fièvre figée par tous les temps
Offre à ces hommes la douleur du respect




8. LA CARESSE DES TYRANS

Bienvenue dans cet univers
Les brimes du vice saignent la chair
Coincé dans cet uniforme
Les bruits de bottes, les coups se forment
Derrière ces ordres brisés
Se cache souvent une réalité
Sous le joug de l'oppresseur
Entre les cuisses, le séducteur

Dans son mystère
Sang de vipère
La caresse du tyran
Dans son mystère
Sang de vipère
Brûlant, intense

Au cri de la marionnette
Au sol résonné le bruit des têtes
Pour vivre des dîners de choix
Les jeunes femmes en sont les proies
Une offrande pour sa folie
Influant pour toutes ses victimes
Dans le flot de ses désirs
Le sang s'écoule sur un grand lit

Dans son mystère
Sang de vipère
La caresse du tyran
Dans son mystère
Sang de vipère
Brûlant, intense




9. LES CŒURS ÉTEINTS

Quand la lune d'automne berce les nuits, éclairées
Par delà les frissons des arbres, sur les clairières
Dans cet endroit romantique
Que l'on croit enchanté
Des âmes blanches et blessés valsent dans les airs

Les cœurs éteints

Pas de recueil pour ces filles à l'effrayante pâleur
Saisies dans un ultime soupir, avant les noces
Flottant et riant dans un funeste
Et tragique bonheur
En robe de mariée sans fleurs ni carosse

Réfugiées dans cette vallée
Leur malheur est emprisonné
Une prière dans un mauvais sort

Dans leur ronde frénétique,
Elles emportent les égarés
Entraînés par des voix fugitives, et si faibles
L'énergie froide séductrice dans un dernier ballet
D'une force spectrale à jamais disparaît

Réfugiées dans cette vallée
Leur malheur est emprisonné
Une prière dans un mauvais sort
Les cœurs éteints




10. DIVINE MENACE

L'heure de te naissance lie sa présence
Enlacer ton corps sera facile
Sous toutes ses formes, elle hait l'attente
Mesquine, aiguisée, d'un choix habile

Décidée, elle est là, elle te sent
Prostrée, dans tous tes instants

Une griffe sur tes blessures
Divine menace
Venin sur ta morsure
Divine menace

Penchée sur ta vie, elle salive
Grattant l'heure de la faille malade
Méthode calculée, comme un soupir
Dans l'antre fragile du désespoir

Décidée, elle est là, elle te sent
Prostrée, dans tous tes instants

Une griffe sur tes blessures
Divine menace
Venin sur ta morsure
Divine menace

L'odeur des larmes est son guide
Elle est la traîtrise liée d'amitié
Au rapport de charme si perfide
Prenant, se servant dans la pensée




11. KING OF PAIN

Terre de démons ou terre de bêtes
Cet endroit n'est plus qu'une vaste fournaise
Des fêtes sanglantes sur des victoires
Ont assouvi mon envie et ma gloire

Ne plus verser le sang de l'ennemi
Oublier tous ces gens
Qui m'ont trahi

Les mains tendues dans le silence
Mes yeux ne brillent plus d'intolérance
Tous ces cadavres qui m'ensorcellent
M'empêchent de regarder vers le ciel

Ne plus verser le sang de l'ennemi
Oublier tous ces gens
Qui m'ont trahi
Ne plus verser le sang de l'ennemi
L'esprit à jamais détruit

Semer la mort, soif de détruire
Cette fierté que nul ne peut bénir
Difficile de se perdre en questions
Seul, déchiré aux cris de mes actions

Ne plus verser le sang de l'ennemi
Oublier tous ces gens
Qui m'ont trahi
Ne plus verser le sang de l'ennemi
L'esprit à jamais détruit